SYSTEMES DE TRAITEMENT
DES EFFLUENTS PHYTOSANITAIRES

telContactez-nous: 06 83 81 57 41

SOLUTIONS POUR UNE AGRICULTURE DURABLE

barre

Résolution vous propose un catalogue de produits adaptés à votre activité et tous agréés par le ministère du developpement durable:

Ministère

L'actualité de Résolution

Journal l'indépendant : "Résolution, une station d'épuration spécifique pour l'agriculture"

"Résolution", une station d'épuration spécifique pour l'agriculture

Rivesaltes. La start-up rivesaltaise commercialise un système autonome pour éliminer les pollutions phytosanitaires.

Créée il y a une dizaine d'années, la start-up Résolution installée sur la pépinière de Rivesaltes et dirigée par Laurent Bonduelle a mis au point, avec le laboratoire Promes de UPVD (structure du CNRS installée à Tecnosud), un concept original destiné à traiter les effluents phytosanitaires issus des traitements agricoles. Partant du principe que c'est la dose qui fait le poison, les chercheurs de la société se sont penchés sur les concentrations des produits polluants sur les zones de nettoyage du matériel agricole. Les trois procédés de la société sont aujourd'hui reconnus efficaces par les ministères de l’agriculture de l’écologie et de la santé, dans le cadre de la loi sur l’eau." En agriculture on utilise les divers produits chimiques dans les proportions de plus en plus raisonnées, explique Laurent Bonduelle, les concentrations sont faibles et la terre des vergers ou des vignes peut naturellement absorber et biodégrader le surplus des molécules diverses. Par contre, à la ferme où l’on prépare les bouillies et où on nettoie le matériel, les concentrations sont bien plus importantes, et il n’est plus possible au sol de les dégrader. Ces effluents sont très chargés en produits et il n'y a pas toujours des stations d'épuration pour les traiter. C'est là que nos systèmes interviennent : à la source » Elle récupère ces eaux chargées de résidus phyto et le système, mis au point après cinq ans de recherches, traite et élimine les molécules. Une sorte de station d'épuration spécifique, dédiée aux produits pesticides. "Nous avons développé des stations fixes pour des exploitations possédant un à plusieurs pulvérisateurs, poursuit le directeur, mais également sous forme de stations mobiles qui peuvent être transportées dans différents sites comme des caves coopératives ou d'autres exploitations en fonction des besoins, éventuellement sous forme de Cuma. À ce jour nous avons 800 clients utilisateurs en France et en Suisse, ce marché est en pleine expansion, nous pensons développer sérieusement notre activité dans les années qui viennent." Aux côtés des viticulteurs et arboriculteurs, les autres secteurs sont concernés : les maraîchers, les horticulteurs, la grande culture légumière.

Étonnamment, d'autres professions que l'agriculture sont intéressés par ce système d'épuration des effluents. Les services d'espaces verts des collectivités, mais aussi la SNCF qui utilise beaucoup de traitement sur ses lignes de chemin de fer, les aéroports, les golfs sont sur les rangs.

La société Résolution est également intégrée au programme Lutox en charge de l'étude du bassin-versant du Réart. Les cinq fleuves de ce bassin, qui se déversent dans l’étang de Canet sont chargés eux aussi des divers produits résiduels des traitements agricoles, ce qui pollue peu à peu l'eau de l'étang. Le programme Lutox est en cours d'identification et de quantification de cette pollution nouvelle, les process mis au point par Résolution pourraient être mis en œuvre pour traiter ce problème.

Le laboratoire de recherche et de développement de la start-up travaille en collaboration étroite avec PROMES, Pure Environnement et le CEFREM de l'université de Perpignan.

independant

Eric VOQUE : "Une belle réussite à poursuivre, dont nous sommes particulièrement fiers"

parc-narbonneCe sont les mots utilisés par Eric VOQUE, chargé de mission Ressource en Eau et Déchet pour le syndicat mixte de gestion du Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée, au sujet de Carola EPUmobil.

 

Il évoque aujourd'hui pour Résolution, 10 années d'expérience dans le nettoyage et le traitement des eaux de lavage et de remplissage de pulvérisateurs phytosanitaires au sein du parc Régional de la Narbonnaise en Méditerranée.

 

À lire ici : Eric Vogue vous parle de Carola EPUmobil.

Un Evapophyt pour une démarche de certification d'entreprise

article evapophytL'ETA Péchereau en Charente-Maritime, à Sainte Soulle, enchaine les travaux agricoles toute l'année. Attaché à la qualité de ses prestations, Dominique Péchereau s'entoure de personnes compétentes : en pulvérisation (10000 ha/an), il n'a pas droit à l'erreur : le personnel est certifié et les effluents phyto générés sont traités par un Evapophyt. Avant, il y avait un Phytobac mais qui s'est avéré inadapté pour traiter un volume de 15 à 20 m3 générés sur le site.

 

puce fleche Pour en savoir plus, lire l'article joint de Matériel Agricole, pages 48, 49 et 50"

 

 

 

 

Salon des ETA, les 4 et 5 décembre 2013, Laval (53)

Salon des ETA logoRésolution vous donne rendez-vous le Mercredi 4 Décembre 2013 : «Pulvérisation : des contraintes
 mais une opportunité pour les entrepreneurs», table ronde proposée par Matériel Agricole.



puce fleche Un nouveau client Résolution Evapophyt : ETA Péchereau Et Fils sera présent pour témoigner sur le sujet.

puce fleche L’Equipe Résolution vous donne donc rendez-vous lors de cette table ronde pour mieux appréhender le sujet et comprendre les opportunités et faire le bon choix de votre appareil de traitement des effluents phytosanitaires.

puce fleche Table ronde : Agrément d’entreprise, contrôle périodique des matériels, formation des opérateurs, gestion des effluents. Les contraintes pour la mise en place d’une prestation «pulvérisation de produits phytosanitaires» sont réelles. Mais proposer un service tracé et professionnel est source de vraies opportunités pour l’ETA. Pour en parler, des intervenants fabricants d’installations de traitement des effluents et des entrepreneurs engagés dans la démarche.

Plus d’infos : http://www.saloneta.com/visiter.rub-135/les-evenements-du-salon.rub-137/

Extraits de l'article de Madame Mariane DECOIN rédactrice en chef de la revue Phytoma Mai 2013

Le photo-catalyseur Phytocat

"Le dernier dispositif << dégradeur » de substances parmi les sept pionniers est le Phytocat, de Résolution.
Il traite les effluents par batch de 500 l et fonctionne par photo-catalyse. Transportable si besoin, il est plutôt adapté à une utilisation à poste fixe.
Une trentaine d'appareils fonctionnent en France, moitié sur des domaines viticoles et moitié dans les secteurs horticulture / pépinières / ZNA.
A noter : tous les acheteurs ont pris l'option « gestion des déchets par Résolution ».

L'entreprise livre annuellement les consommables neufs (feuilles avec le catalyseur) et des saches de stockage des consommables usagés. Elle récupère en même temps les saches pleines de feuilles usagées de l'année précédente, et en profite pour assurer inspection-maintenance de l'appareil. Elle se charge aussi de transporter les déchets en centre de traitement agréé."

 

Carola, le retour d'Epumobil

"Ensuite, le procédé Epumobil, reconnu en 2008 mais qui avait perdu sa reconnaissance car il n'était pas développé en France, refait surface.
Désormais la société Résolution l'ajoute à sa gamme sous le nom de Carola Epumobil, aux côtés du Phytocat et de l'Evapophyt. Le MEDDE a d'ores et déjà renouvelé sa reconnaissance jusqu'à fin 2017 (Tableau 1).
Ses références ? Six stations phytos collectives (<< aires communales ») traitent chacune les effluents d'environ 200 viticulteurs en Suisse depuis dix ans. De plus, une station en Languedoc-Roussillon (Aude) traite les effluents d'environ 270 viticulteurs. Ce matériel, fonctionnant par filtration, est adapté à l'usage collectif car il peut traiter de 30 à ... 1000m3 par an.
Ses champs de reconnaissance ? Aujourd'hui, seulement la vigne. La société prévoit de demander une extension de reconnaissance pour les ZNA (zones non agricoles). Ceci permettrait de traiter ensemble effluents communaux et viticoles dans les stations collectives de régions de vignobles."

 

Le troisième procédé reconnu en 2008 est l'évapophyt.

"Il fonctionne aussi par évaporation, mais énergiquement forcée.
Pour éviter que des substances ne s'échappent sous forme gazeuse du fait du forçage, le processus a lieu en enceinte fermée et l'air sort après filtration sur charbon actif.
On est toujours à une petite trentaine d'appareils vendus. C'est que le procédé a changé de mains en 2012, or une période de transition ne favorise pas les ventes.
Désormais Résolution, qui a repris le dispositif à Staphyt, le relance en proposant la gestion des déchets (boue de fond d'appareil et filtres chargés) en prestation de service.

L'entreprise s'appuie sur son expérience avec le Phytocat dont les clients sont satisfaits."

 

 

Source: revue Phytoma mai 2013

Restez informé

Donnée invalide

Contactez-nous

Votre nom *

Donnée invalide
Votre email *

Donnée invalide
Votre téléphone

Donnée invalide
Votre message *

Donnée invalide



Matériel comecophyto petitpatible
démarche Ecophyto

© Résolution - Tous droits réservés -